Désolée, je suis attendue – Agnès Martin-Lugand

Yaël ne vit que pour son travail. Brillante interprète pour une agence de renom, elle enchaîne les réunions et les dîners d’affaires sans jamais se laisser le temps de respirer. Les vacances, très peu pour elle, l’adrénaline est son moteur. Juchée sur ses éternels escarpins, elle est crainte de ses collègues, et ne voit quasiment jamais sa famille et ses amis qui s’inquiètent de son attitude. Peu lui importe les reproches qu’on lui adresse, elle a simplement l’impression d’avoir fait un autre choix, animée d’une volonté farouche de réussir. Mais le monde qu’elle s’est créé pourrait vaciller face aux fantômes du passé.

Mon sentiment
1507-1Agnès Martin Lugand m’a redonné goût à la lecture cette année et c’est avec plaisir, bonheur et émotions que j’ai découvert son dernier né.

Yaël, de suite ou presque m’a entraîné dans le récit… des parallèles avec la vie professionnelle que nous vivons tous, ou presque m’ont happé. Je pense que certaines similitudes avec mon vécu actuel ont fini de m’attirer dans le livre, que j’ai lu, lentement vu mon rythme effréné, mais avec assiduité.

Travailler, oublier quelques peu les valeurs essentielles, prioriser les mauvaises choses, on se reconnait tous à un moment où l’autre de ce récit. A notre façon. Jusqu’à « la nouvelle »…

J’ai pour ma part de suite compris que notre héroïne du début n’était pas l’être égocentrique et au-dessus des membres de sa famille ou de ses amis comme on pourrait le ressentir. Entrainée, dans un quotidien qui, selon moi, lui (nous) échappe. Se faire kidnapper par son travail, qu’importe les raisons, est finalement relativement sournois. Et rend un peu « fou ».

Fuir les sentiments passés, couvrir d’un pansement artificiel une plaie, s’ouvrir gentiment, au bonheur…

Je n’ai pas ici envie d’en dire trop. Je me suis juste sentie très concernée dès l’entrée du roman. Et même si je l’ai beaucoup aimé, il m’a fait réfléchir !!

L’auteure avec son écriture délicate et simple me plait vraiment. Elle laisse « deviner » ce qui va se produire, mais cela ne gâche rien, bien au contraire.

Je me rends compte ici que ma chronique est plus que décousue, un peu mystérieuse, parce qu’il faut le lire, ce livre. Le prendre à sa façon, avec son coeur et son vécu. Chacun le ressentira tellement différemment.

A noter la force des sentiments que l’on ressent, les inquiétudes, les reproches aussi ! Comme dans la vie réelle. J’aime le fait que le récit se passe aussi « par chez nous ». Pour certains, cela paraîtra futile, mais j’ai beaucoup aimé le choix de la couverture (alors que je n’avais pas adhéré du tout pour Les gens heureux lisent et boivent du café).

En gros : lisez le, vivez le et si ce n’est pas encore fait, découvrez l’auteure !

Un énorme merci à Livraddict mais également aux Editions Michel Lafon qui m’ont donné ma chance.

J’ai beaucoup aimé, mais je n’ai juste pas eu le coup de coeur

rose livrerose livre