Dans la nuit de Daech – Sophie Kasiki

Sophie Kasiki est éducatrice en banlieue parisienne quand trois garçons qu’elle connaît quittent la France pour faire le djihad en Syrie, laissant leurs familles dévastées. Très vite, ceux qu’elle appelle « les gamins » reprennent contact avec elle. Sophie espère les convaincre de rentrer, mais c’est l’inverse qui va se produire.
En plein questionnement personnel, cherchant à donner un sens à sa vie, Sophie se laisse envoûter malgré elle par leur discours politique. Et, après seulement quelques mois de conversations quotidiennes, elle prend l’incroyable décision de partir pour Rakka, capitale de l’Etat Islamique. Elle emmène avec elle son fils de quatre ans.
Là, Sophie, bénévole à la maternité, découvre la ville vitrine de l’El, cosmopolite – on vient de tous les pays pour servir le califat – et sous contrôle étroit des djihadistes. Elle ouvre progressivement les yeux : Daech est une armée d’occupation, les Syriens tremblent et les gamins qu’elle a connus sont désormais des moudjahidine fanatiques et dangereux qui vont les séquestrer, elle et son fils, dès qu’elle manifestera son opposition.
Dans un pays où les femmes n’ont même pas le droit de marcher dans la rue sans leur tuteur légal, Sophie, armée de l’amour inconditionnel de son mari resté en France, va affronter tous les dangers pour sauver son fils et le ramener à la maison…

Mon sentiment
dans la nuitActualité faisant, j’ai déposé le livre que je venais de débuter (pas si loin du thème de celui-ci en fait) pour, une bonne fois pour toute, débuter une documentation personnelle, essayer de comprendre, mieux au moins, ce qui se passe sur notre planète. Saisir, même qu’un peu, ce qui peut « les » attirer, les enrôler, les formater.

J’ai donc décidé d’acheter des livres expliquant, relatant, esquissant Daesh. Tout d’abord, c’est « Daech L’Histoire de Régis Le Sommier » que j’ai lu et que je renonce volontairement à chroniquer. C’est un ouvrage qui explique la constitution de l’EI, un « voyage » au Moyen Orient, sur des terres hostiles. J’y ai saisi beaucoup de choses que je n’avais jusque-là pas forcément comprises. Une phrase résonne tout de même en moi: « on attaque l’Europe plutôt que les Etats-Unis parce que c’est le ventre mou de l’Occident » et me fait réfléchir…

Dans la foulée, c’est l’ouvrage que je résume ici que j’ai acquis. Récit d’une « repentie », d’une survivante, je dirais plutôt.

Sophie a goûté volontairement à l’EI, elle s’y est rendue, sans y être forcée et s’est frottée à ce sentiment de privation de liberté.

J’ai pour ma part, dévoré ce livre, pour savoir, connaître la fin.

J’ai été choquée qu’en 2015, une femme, adulte, mariée, mère de famille, cultivée et indépendante, puisse, « à cause » d’une dépression, décider de suivre son instinct et rejoindre des « amis » qu’elle avait fréquenté en France. J’ai été heurtée qu’égoïste, elle puisse sans sourciller, emmener son fils Hugo, quatre ans, dans un pays bouleversé par la guerre, le tout en mentant au papa de ce dernier.

Passé ces points qui me dérangent, j’ai été touchée par Sophie, battante, mère avant tout, très vite réveillée de sa naïveté par la réalité. J’ai été happée dans l’histoire, j’ai eu le ventre serré dans les moments de tension, les moments de fuite.

J’ai apprécié le passage où Julien, l’époux, devient le narrateur et donne sa version de l’histoire.

La fin, je ne la raconterai pas ici, je dirai juste que lorsque l’on pense que le pire est derrière, il y a parfois encore des embûches à traverser avant d’être vraiment libre.

Je me demande juste: Comment vivre après cela ?

En finalité, 235 pages que j’ai dévoré en 24h, un livre, qui au-delà du fait qu’il se passe sur un sujet bien trop douloureux en ces jours où l’Europe  souffre, est bien écrit et très agréable  et facile à lire.

rose livrerose livre

Publicités

2 réflexions sur “Dans la nuit de Daech – Sophie Kasiki

  1. Un témoignage qui à l’air intéressant. Moi j’ai lu « Dans la peau d’une djihadiste » et j’ai aussi été happé par le récit de cette journaliste qui se retrouve piégé dans son enquête sur l’EI. Si j’ai l’occasion je lirai ce livre. Bisous

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s